Blogue > Du télégraphe au WIFI

Blogue

Du télégraphe au WIFI

10 août 2016   |   par Claude Robichaud, directeur général, CLDEM

Comment a évolué l’activité économique de Terrebonne et Mascouche depuis plus de 100 ans? En retraçant l’activité commerciale de 1891, le géographe et historien Claude Martel nous procure une belle occasion de comparer deux époques.

Dans sa chronique « Un brin d’histoire », publiée dans l’édition du 19 juillet de La Revue, Claude Martel dresse la liste des 109 établissements d’affaires en opération en 1891. On y retrouve bien sûr quelques fonctions révolues, tels le maître de poste, le sellier, le marchand général et l’agent de télégraphe. Par contre, plusieurs métiers et professions résistent à l’épreuve du temps, dont l’épicier, le boucher, le notaire, le curé et le médecin. Il en va de même pour les hôteliers et les huissiers, comme quoi, parfois, plus ça change, plus c’est pareil.

D’autres métiers sont méconnaissables. Le forgeron de l’époque aurait du mal à s’y retrouver aujourd’hui dans les installations du Groupe ADF. Le commerce de détail de nos ancêtres n’a plus rien à voir non plus avec l’étendue de l’offre actuelle, allant de la spécialité fine à la grande surface en passant par la boutique en ligne.

Moody Matthew & sons figurait dans ce répertoire. La Moody, comme on la connaissait jusqu’à tout récemment, fait partie de notre patrimoine industriel. Elle fabriquait alors des équipements aratoires avant de se recycler dans les convoyeurs et produits de manutention.

Dans les pages de La Revue en 1991, le regretté Aimé Despatis retrace l’histoire de la Moody et relate un épisode, on est alors en 1892, où le curé s’est transformé en commissaire industriel pour supplier les propriétaires de l’entreprise de reconstruire à Terrebonne, l’usine détruite par un feu, plutôt que de la relocaliser à Ste-Thérèse ou à St-Jérôme. Le curé a eu gain de cause. Pourtant, bien que le développement économique soit un sacerdoce pour certains, aucun commissaire industriel ne porte la soutane de nos jours.

En 125 ans, il s’en est ajouté des entreprises. Selon Emploi Québec, il y en a actuellement plus de 3 700 dans la MRC Les Moulins. Les besoins et les moyens ont bien changé. Il aurait fallu être joyeusement décalé en 1891 pour établir une boutique de pose d’ongles. Aussi, les inventions et les progrès technologiques ont révolutionné l’économie, notamment dans les télécommunications et les technologies de l’information. En 1891, il y avait trois télégraphes sur le territoire de la MRC Les Moulins. Aujourd’hui, des centaines d’employés s’activent dans nos entreprises dédiées aux technologies de l’information. Le Répertoire du CLDEM recense 42 établissements dédiés au développement de logiciels, aux applications Internet et aux télécommunications, dont la fibre optique et le WIFI.

Du télégraphe au WIFI, l’économie se transforme… sans perdre le fil.

 

Claude Robichaud, directeur général du CLDEM
Suivez le sur twitter @CROBICHAUDCLDEM

Tweet Google +
Infolettre

Inscrivez-vous à notre infolettre !