Blogue > Il y a de l’électricité dans l’air!

Blogue

Il y a de l’électricité dans l’air!

13 juillet 2016   |   par Claude Robichaud, directeur général, CLDEM

Saviez-vous ça? Avec la région de Québec, Lanaudière est la championne québécoise des véhicules électriques! C’est ce que nous apprend l’Institut de la statistique du Québec (ISQ) dans la plus récente édition du Panorama des régions. Alors qu’en moyenne le ratio provincial est de 11 véhicules électriques pour 10 000 véhicules légers immatriculés, on en compte 15 dans Lanaudière. 

L’ISQ souligne que le parc de véhicules électriques (100 % électriques ou hybrides rechargeables) est en nette augmentation au Québec. En nombre absolu, c’est encore modeste avec 10 000 véhicules électriques sur nos routes en ce moment. Le plan d’action en électrification des transports du gouvernement du Québec en prévoit 100 000 en 2020.

Pour la période 2015-2020, Québec consacrera 420 millions $ aux différentes mesures du plan d’action. Une série de dispositions législatives touchant notamment le Code du bâtiment et le Code de la route seront également adoptées pour soutenir la stratégie d’électrification. 

L’électrification des transports publics, l’incitation à l’achat d’un véhicule électrique, la disponibilité des véhicules neufs vendus au Québec et le réseau des bornes de recharge font partie des stratégies du plan d’action.

Le plan d’action compte créer 5 000 emplois dans la filière des véhicules électriques. Pour ce faire, Québec stimulera l’innovation et la commercialisation des solutions, produits et procédés en électrification des transports. Québec soutient également les projets mobilisateurs réunissant entreprises et centres de recherche. Une aide est également prévue aux PME dans les solutions réduisant les émissions de GES. Finalement, une aide sera consentie pour stimuler les projets d’investissements, dont l’implantation d’entreprises étrangères au Québec.

Québec met aussi sa force hydraulique dans la balance. En effet, la capacité hydro-électrique constitue un avantage au déploiement de la stratégie d’électrification des transports. D’abord, le réseau pourrait répondre à la demande d’un parc automobile d’un million de véhicules électriques. Aussi, le recours aux procédés de fabrication utilisant l’énergie électrique, disponible à un coût concurrentiel, assure une cohérence aux groupes engagés dans l’électrification des transports soucieux de leur bilan carbone.

L’annonce de la construction par Hydro-Québec du poste Judith-Jasmin à Terrebonne, après la mise en service récente des postes Lachenaie et Pierre-Le-Gardeur, fait de Terrebonne et Mascouche deux destinations de choix pour des projets nécessitant un approvisionnement électrique en quantité et en qualité. Le poste Judith-Jasmin représente une composante majeure du projet de ligne 735 kV reliant le Lac-Saint-Jean à Montréal, soit un investissement de 240 millions $ sur un total de plus d’un milliard $.

Dans Les Moulins, l’électrification des transports compte déjà quelques joueurs. Soulignons d’abord la présence de Réseau Azra, entreprise activement engagée dans le déploiement de bornes de recharge, en plus de commercialiser la Twizy de Renault. Au niveau du transport public, Keolis, en collaboration avec Urbis, effectue actuellement un projet pilote avec un bus électrique sur le territoire de la MRC Les Moulins. L’expertise technique est également présente avec des firmes telle que Technologie Hypertronic, une entreprise en génie électrique qui compte plusieurs réalisations dans le domaine du transport. En matière de formation, le CFP des Moulins développe une expertise en installation et en entretien des bornes de recharge. Enfin, la filière des sous-traitants en produits métalliques compte plusieurs entreprises actives auprès des constructeurs ou des fournisseurs de composantes. Aussi, l’électrification des transports offre de nouvelles occasions d’affaires propices au démarrage d’entreprises. 

En matière d’électrification des transports, les Lanaudois sont parmi les plus branchés. Tant mieux! Faisons en sorte maintenant que des effets structurants jaillissent de cette filière.

Claude Robichaud, directeur général du CLDEM
Suivez le sur twitter @CROBICHAUDCLDEM

Tweet Google +
Infolettre

Inscrivez-vous à notre infolettre !