Blogue > L’économie du partage : une lutte à finir?

Blogue

L’économie du partage : une lutte à finir?

10 février 2016   |   par Claude Robichaud

Imaginons deux pugilistes.

Dans le coin droit; une entreprise disposant d’importants actifs ayant évalué son risque d’affaires selon des règles du jeu établies, et ce, en conformité avec une règlementation contraignante.

Dans le coin gauche, un individu en réseau dans une nébuleuse, parfois contrôlée par une multinationale, dont les activités sont rendues possibles grâce aux nouvelles applications en TI, et dont les opérations sont en marge du cadre réglementaire. Misez-vous sur le poids lourd solidement établi ou sur le poids plume souple et agile?

Et l’arbitre dans tout ça, quelles règles du jeu applique-t-il? Si ce combat entre le XXe et le XXIe siècle est passionnant, l’enjeu demeure difficile à saisir dans ce bras de fer entre un sumo et un Georges St-Pierre.

Le modèle d’affaires est généralement le même. Une application innovante permet à un nouveau joueur d’offrir un service directement aux consommateurs en utilisant des ressources disponibles. Ça peut être des autos pour le taxi (Uber) ou des logements pour l’hébergement des touristes (Airbnb). Suivront les stationnements, le partage d’outils et quoi encore? Pourquoi acheter une perceuse quand on peut la partager. Votre voisin a compris ça il y a longtemps en empruntant la vôtre… sans vous la remettre. L’économie collaborative peut être d’inspiration solidaire ou franchement capitaliste. Lorsque les courbes de l’offre et de la demande sont tracées en temps réel par un algorithme en vue d’optimiser un tarif, même Adam Smith ne rêvait pas à ça. Toutefois, cette « main invisible » peut vous asséner une retentissante gifle. Parlez-en aux clients d’Uber la veille du jour de l’An!

Ce nouveau modèle d’affaires repose sur des particuliers qui rendent disponibles des actifs sous-utilisés à coût marginal nul, créant ainsi une offre de services à bas prix. L’application de la règlementation, la sécurité du public, les conditions de travail des employés et l’équité fiscale sont au cœur du défi. Comment régir ce nouvel ordre? Comment être équitable à l’égard des joueurs actuels sans nuire à l’émergence des nouvelles solutions? La commission parlementaire qui se penchera bientôt sur l’industrie du taxi aura la délicate tâche d’évaluer tout ça. L’économie collaborative crée des opportunités en démarrage d’entreprises, dans l’économie marchande comme en économie sociale.

Des entreprises existantes peuvent s’en inspirer pour se démarquer. Des technos dites « born global » peuvent émerger. Comment devons-nous intégrer ce nouveau pan de l’économie dans l’élaboration des stratégies locales?

Source de l'image de l'article : Free digital photos

 

Claude Robichaud, directeur général du CLDEM

Suivez le sur twitter @CRobichaudCLDEM 

Tweet Google +
Infolettre

Inscrivez-vous à notre infolettre !