Blogue > La campagne arrive en ville

Blogue

La campagne arrive en ville

23 août 2017   |   par Claude Robichaud, Directeur général - CLDEM

Votre voisin aménage un poulailler, les potagers bordent les rues, les toits des villes verdissent, les fermes s’érigent en tours, les animaux de la ferme débarquent en ville, la faune urbaine perd ses repères; qui a dit que la zone agricole était menacée ? C’est le périmètre d’urbanisation qui est assiégé par les ruraux. Vivement la Loi sur la protection du territoire urbain!

Bien sûr, les poules auront des dents avant que nos élus n’aient à se pencher sur une telle législation. Toutefois, la dualité « ville vs campagne » est en mouvance. À telle enseigne que le MAPAQ a élaboré une stratégie de soutien de l’agriculture urbaine, de laquelle découle un plan d’action pour les citoyens et les entreprises ainsi que les municipalités puisque de nouveaux défis se posent aux aménagistes pour assurer la cohabitation harmonieuse des usages.

Au-delà de la tendance visant à intégrer les activités agricoles en milieu urbain dans le cadre d’activités à caractère artisanal (dont les jardins communautaires et les toits verts), un autre courant se dessine. Celui-ci est dicté par le manque appréhendé d’espace cultivable pour nourrir la planète. Il s’agit des fermes verticales.

On réfère ici aux établissements multiétages dédiés aux cultures. Ces tours font appel aux technologies de pointe visant à optimiser les rendements. De prochaines avancées technologiques pourraient résoudre certains défis de rentabilité permettant alors à cette forme d’agriculture de prendre de l’ampleur. Les fermes verticales proposent une solution écologique par leurs procédés et par le rapprochement des cultures aux consommateurs, lesquels au plan mondial se concentrent de plus en plus dans les grandes agglomérations.

Alors que les dogmes solidement enracinés, tels que la protection de la zone agricole et la gestion de l’offre, occupent toute la place dans le débat public, les semences d’une révolution susceptible de faucher le modèle actuel sont-elles sur le point de germer?

Retombons sur terre, question de revenir à nos moutons. Avant d’en arriver là, c’est plutôt la valorisation de la zone agricole qui est à l’agenda. Récemment, la MRC Les Moulins adoptait son premier Plan de développement de la zone agricole (PDZA), lequel vise à insuffler un nouveau dynamisme à cette zone qui couvre 55 % du territoire. La qualité des sols, la proximité des marchés, la présence d’une industrie agroalimentaire, la qualité des paysages et le dynamisme de la région figurent parmi les opportunités identifiées au PDZA.

Terrebonne et Mascouche sont des lieux favorables à la valorisation des produits locaux, à l’agrotourisme, à la diversification des cultures, à la relève agricole et à l’innovation reliées aux productions et aux activités à valeur ajoutée.

La MRC Les Moulins offre un terreau fertile à l’éclosion de nouvelles pratiques et initiatives visant à mieux intégrer la zone agricole à la vie économique locale. 

Arrivons en ville. Valorisons nos campagnes.

Claude Robichaud, directeur général du CLDEM

Suivez le sur twitter @CRobichaudCLDEM

Tweet Google +
Infolettre

Inscrivez-vous à notre infolettre !