Blogue > La croissance – un défi de taille!

Blogue

La croissance – un défi de taille!

18 novembre 2015   |   par Claude Robichaud

Au moment où les indicateurs économiques nationaux et internationaux sont en berne, quelles sont les entreprises qui génèrent de la croissance, quelles sont leurs motivations et comment s’y prennent-elles?

Une récente étude de la Banque de développement du Canada (BDC) sur les entreprises canadiennes et la croissance révèle que 60 % des PME ont dû se contenter d’une croissance faible ou nulle, voire une décroissance, depuis les trois dernières années. Le moteur de la création d’emplois peine à donner son plein régime. Les entreprises de taille moyenne (100 à 500 employés) seraient plus en mesure de maintenir une croissance forte ou soutenue.

Dans l’ensemble des entreprises, les dirigeants carburent à la croissance et en font un objectif dans une très grande majorité. Ici comme ailleurs, l’appétit vient en mangeant. En effet, plus la PME est de forte taille, plus ses dirigeants accordent de l’importance à la croissance. La croissance amène généralement une amélioration de la situation financière des entreprises et des dirigeants. Elle est plus stimulante pour les employés. Elle permet à l’entreprise d’être plus concurrentielle et de poursuivre ses projets de développement. Des freins reliés aux frais d’exploitation, au personnel qualifié et à l’âpreté de la concurrence sont évoqués pour expliquer les difficultés de croître. Au Canada, 29 % des PME affichent une croissance soutenue (hausse des ventes entre 5 et 20 %) et 12 % figurent parmi les gazelles en enregistrant une forte croissance (plus de 20 %). Les entreprises à croissance soutenue sont plus représentées dans la moyenne entreprise.

Chez les gazelles, la taille a moins d’influence. En effet, on les retrouve en proportion similaire dans la petite et dans la moyenne entreprise. L’âge plus que la taille pourrait être un déterminant puisque les entreprises en forte croissance sont plus nombreuses dans la tranche des dix premières années d’existence.

La BDC a identifié les stratégies gagnantes à partir du point de vue des chefs d’entreprises sur les actions qui ont le plus contribué à l’atteinte de leurs objectifs. Dans l’ordre, les stratégies sont : penser client; bâtir une équipe gagnante; innover et investir! Si son exécution est exigeante, la formule gagnante a le mérite d’être limpide. Terrebonne et Mascouche étant un pôle de croissance, au CLDEM nous sommes convaincus des mérites de ces stratégies. Le billet du blogue « Cap sur la croissance » paru en mars dernier expose nos motivations. Les retombées économiques des entreprises à fort potentiel nous incitent à leur porter une attention particulière dans la stratégie de développement actuellement en préparation pour la période 2016-2018.

L’étude de la BDC nous suggère que la moyenne entreprise est un terreau fertile, mais qu’il ne faut pas négliger la petite entreprise pour autant, surtout celles dont les dirigeants sont motivés à croître, et ce, avec le client, les RH, l’innovation et l’investissement comme principaux leviers.

Source de l'image de l'article: Free digitals pictures

 


Claude Robichaud, directeur général du CLDEM

Suivez le sur twitter @CRobichaudCLDEM 

Tweet Google +
Infolettre

Inscrivez-vous à notre infolettre !