Blogue > Le grand bond du design

Blogue

Le grand bond du design

22 mars 2017   |   par Claude Robichaud, directeur général

En moins de dix ans, le recours au design industriel chez les manufacturiers est passé du simple au double. C’est ce que révèle le ministère de l’Économie, de la Science et de l’Innovation (MESI) dans sa récente enquête sur la perception et l’utilisation du design industriel. Ainsi, 40 % des entreprises ont fait appel à cette fonction en 2015, contre 20 % en 2007.

Comment expliquer un tel bond en avant? Les pressions concurrentielles obligent de plus en plus les entreprises à innover. Or, à cet effet, l’enquête précise que « le design industriel est sans contredit une discipline phare quant à sa capacité à générer de l’innovation centrée sur l’usager ».

Les entreprises font d’abord appel aux designers pour augmenter le caractère distinctif de leurs produits. Notons, par ailleurs, que ces entreprises sont plus susceptibles d’être exportatrices et d’avoir recours à la propriété intellectuelle. En 2015 comme en 2007, les secteurs des produits métalliques, de la fabrication de machines et de l’ameublement étaient les plus grands utilisateurs du design industriel.

Quand on parle de design industriel, à quoi réfère-t-on au juste? Le MESI le définit comme une discipline combinant des éléments artistiques, scientifiques, technologiques, de marketing et de gestion en vue de développer un produit innovant destiné à être fabriqué industriellement. Les résultats de l’étude démontrent, par ailleurs, que bien au-delà du style, le design s’invite dans la stratégie de l’entreprise.

Parmi les facteurs favorables à l’essor du design, l’étude signale l’ajout en 2010 du programme en design industriel au Cégep régional de Lanaudière à Terrebonne et le statut que celui-ci obtenait en 2014 comme Centre collégial de transfert de technologie (CCTT) avec INÉDI. La communauté locale et régionale, dont le CLDEM, appuie cette initiative depuis ses premières manifestations.

Ce choix s’est avéré opportun. En plus d’être bénéfique pour le design au plan national, la mise sur pied d’INÉDI et l’obtention de son statut de CCTT sont des éléments majeurs pour la région. Cette compétence spécifique est reconnue dans l’ensemble du Québec. La hausse des inscriptions à ce programme et l’augmentation des mandats de recherche confiés à INÉDI reflètent bien l’engouement pour le design industriel observé dans l’enquête du MESI.

Les bénéfices associés à cette expertise sont déjà bien réels dans l’économie de Terrebonne et Mascouche. Parmi les entreprises qui recrutent du personnel chez les finissants du programme ou qui mènent des travaux de développement de produits avec INÉDI, on retrouve Vanico-Maronyx, une entreprise emblématique de l’« empreinte québécoise », une démarche reliée au créneau d’excellence du design d’ameublement. Dans notre webmagazine Direction de l’automne 2016, nous citions le cas de Centre de l’escalier qui souscrit également à cette démarche avec INÉDI. Lounge Factory, dont le design est une véritable marque de commerce, figure parmi les lauréats 2017 du « Grand prix du design » et entretient, elle aussi, des relations mutuellement profitables avec le Cégep et son CCTT.

Participez, vous aussi, à ce grand bond en avant en intégrant le design à votre stratégie d’affaires.

Claude Robichaud, directeur général du CLDEM

Suivez le sur twitter @CRobichaudCLDEM 

Tweet Google +
Infolettre

Inscrivez-vous à notre infolettre !