Blogue > Le ressort de l’industrie du meuble

Blogue

Le ressort de l’industrie du meuble

06 septembre 2017   |   par Claude Robichaud, Directeur général - CLDEM

Depuis 2001, l’industrie québécoise du meuble a encaissé des pertes d’emplois vertigineuses, allant même jusqu’à 40 % dans certains segments. L’appréciation du dollar canadien, les importations asiatiques et, par la suite, l’effondrement du marché américain expliquent en bonne partie cette déconfiture. C’est ce que rapportait Desjardins en juillet dernier dans une étude sur le secteur du meuble

Heureusement, depuis les deux dernières années on observe un renversement de la tendance. L’industrie du meuble se redresse. Desjardins fait état d’une conjoncture favorable ainsi que des efforts des manufacturiers portant sur la conception de produits plus distinctifs. Cette analyse, en provenance de Joëlle Noreau, économiste principale, nous incite à faire le point sur l’industrie dans Les Moulins considérant son importance.

L’industrie du meuble à Terrebonne et Mascouche regroupe près de 40 fabricants, lesquels cumulent plus de 500 emplois. Cette filière comporte les manufacturiers de meuble résidentiel et commercial ainsi que les fabricants d’armoires. Plusieurs de ces entreprises ont un caractère artisanal.

Meubles Jaymar de Terrebonne figure parmi les leaders de l’industrie qui ont réussi à résister à cette tempête parfaite. Après une baisse de régime, l’entreprise a repris le chemin de la croissance et de l’embauche. Avec plus de 150 employés, Jaymar demeure un important employeur de la région.

Vanico-Maronyx mérite également une mention spéciale. Ce manufacturier de mobilier de salle de bain annonçait tout récemment un projet de relocalisation — expansion de son entreprise à Terrebonne à la faveur d’un investissement de 10 millions $. Cette entreprise de près de 100 employés se démarque depuis plusieurs années par son caractère innovant.

Le meuble est aussi un segment porteur pour l’insertion au travail comme le démontre l’ASM. Un important volume d’affaires de cet atelier localisé à Mascouche provient des travaux de rembourrage, notamment pour le compte de salles de cinéma et de spectacles.

Avec le créneau d’excellence du Design d’ameublement dans le cadre de la démarche Accord, Lanaudière s’est démarquée au Québec. En lien avec INÉDI, le Centre de transfert de technologie en design industriel au Cégep de Terrebonne, le créneau a soutenu une démarche innovante audacieuse en proposant un référentiel d’écoconception de mobilier québécois.

 Le recrutement et le développement des compétences bénéficient d’une programmation étoffée au Centre de formation professionnelle des Moulins avec les formations en ébénisterie, en finition de meuble, en rembourrage industriel et en matériaux composites. L’expertise du CFPM en ameublement trouve également écho dans le secteur de l’aéronautique avec la finition des aéronefs.

L’industrie du meuble au Québec se trouve-t-elle pour autant dans sa zone de confort ? Certainement pas. L’âpreté de la concurrence exige constamment des améliorations au niveau des produits, de la productivité et de la commercialisation. La renégociation de l’ALENA vient aussi ajouter un élément d’incertitude.

Les défis sont grands, mais l’industrie du meuble a du ressort. Terrebonne et Mascouche offrent un contexte favorable à son essor.

Claude Robichaud, directeur général du CLDEM

Suivez le sur twitter @CRobichaudCLDEM

 

Tweet Google +
Infolettre

Inscrivez-vous à notre infolettre !