Blogue > Marché du travail : Nostradamus où es-tu?

Blogue

Marché du travail : Nostradamus où es-tu?

22 mai 2013   |   par Claude Robichaud

Le 22 mai 2013, par Claude Robichaud, directeur général du CLDEM

En 2011, la MRC Les Moulins comptait parmi sa population 1 412 travailleurs de plus. C’est l’une des plus fortes progressions au Québec. 

Qu’en est-il du point de rupture, soit l’année à partir de laquelle le nombre de travailleurs diminuera au Québec?  Une récente étude d’Emploi-Québec portant sur les prévisions de main-d’œuvre jusqu’en 2021 nous révèle que le marché du travail ne basculera pas dans cet horizon. Plusieurs prophètes de malheur ont dressé des scénarios catastrophes sur différentes tribunes. Ils ont fait œuvre utile en attirant l’attention sur un enjeu de taille qu’il convient toutefois de relativiser.

L’arrivée des jeunes sur le marché du travail, l’immigration, la hausse du taux d’activité et la baisse du taux de chômage font en sorte qu’il y aura suffisamment de nouvelles entrées sur le marché du travail pour combler les nouveaux emplois et les départs à la retraite. Ces effets suffisent à compenser le déclin démographique chez les 15-64 ans que le Québec connaîtra dès 2014. 

Les spécialistes du marché du travail font de moins en moins référence à la pénurie de main-d’œuvre et utilisent plutôt le terme « rareté ». Mathématiquement, ça passe, mais c’est serré. Il y aura des perdants. Certains secteurs et professions écoperont. Des régions pâtiront.

Il ne faut pas sous-estimer la capacité d’autorégulation du marché du travail. Toutefois, les acteurs locaux doivent faciliter cette adaptation par des liens plus étroits entre les institutions d’enseignement et les entreprises, par la valorisation des meilleures pratiques de gestion des RH, par le développement des compétences et par une meilleure adéquation entre l’offre et la demande. En ayant reconnu le facteur RH parmi les enjeux prioritaires dès l’an 2000, Les Moulins a fait le bon choix.

Terrebonne et Mascouche sont parmi les localités les plus industrieuses au Québec. La croissance démographique et la pyramide d’âge font en sorte qu’elles disposeront, à long terme, d’une force de travail qui fera l’envie de plusieurs autres localités.

Voilà un atout de taille pour soutenir une prospérité durable au moment où le marché du travail subit d’importantes transformations.

Tweet Google +
Infolettre

Inscrivez-vous à notre infolettre !