Blogue > Un détail qui nous échappe

Blogue

Un détail qui nous échappe

04 octobre 2017   |   par Claude Robichaud, Directeur général - CLDEM

Les politiques de développement économique s’intéressent peu au commerce de détail. Contrairement aux ressources, à l’industrie et aux technologies, le détail ne figure pas parmi les cibles stratégiques. Le secteur défraie les manchettes lorsqu’une entreprise emblématique dépose son bilan.  C’est aussi le cas lorsqu’un fleuron du Québec inc. passe sous contrôle étranger.  Quand on le perd, le siège social disparu devient stratégique. Avant, on n’en faisait pas de cas.

Bien que les salaires y soient plus faibles que dans la fabrication (632 $ contre 946 $ pour le salaire hebdomadaire moyen au Québec en 2016), le secteur a une importance prédominante en matière d’emplois. Tel est le cas dans la MRC Les Moulins. Les 645 établissements de commerce au détail procuraient, en 2016, 8 700 emplois à Terrebonne et Mascouche.  Parmi ceux-ci, soulignons Albi Le Géant avec ses 500 emplois à Mascouche.

Puisque le commerce fait davantage partie des effets indirects et induits du développement économique (en comparaison aux effets directs ou aux activités motrices), le secteur du détail est en marge des plans économiques. Les développeurs économiques locaux accordent, convenons-en, moins d’attention aux détaillants. Étant directement liés à la progression démographique et aux revenus disponibles, les détaillants profiteront d’une communauté prospère. En visant les consommateurs d’ici, le secteur du détail n’amène pas nécessairement d’argent frais dans l’économie locale.  En soutenant un commerce, on risque de déshabiller Pierre pour habiller Paul.

Sans en faire une priorité, le secteur commercial est admissible à l’accompagnement au démarrage au CLDEM.  Actuellement, on retrouve 26 détaillants dans le ClubEntrepreneurship. Plusieurs ont bénéficié de la mesure Soutien au travail autonome ou du programme Futurpreneur – Jeunes Promoteurs.  Pour se qualifier, les promoteurs ont dû mettre en valeur l’aspect distinctif de leur projet.  Avec son membership, la Chambre de commerce et d’industrie Les Moulins constitue la principale instance en contact direct avec la réalité de nos détaillants.

Dans Les Moulins, les villes de Terrebonne et Mascouche ont fait un travail de titan depuis les dernières décennies.  Il y a une vingtaine d’années, l’enjeu était d’endiguer les fuites commerciales, les Moulinois dépensaient leur argent ailleurs. L’aménagement de la Montée Masson et l’ouverture des Mégas Centres font en sorte que la MRC Les Moulins est devenue un pôle commercial attractif, captant alors une plus grande part des dépenses des Moulinois et attirant des consommateurs de zones limitrophes.  Ceci démontre que les villes ont un effet structurant sur l’activité commerciale avec leur plan d’urbanisme, leur stratégie de développement et une approche propice à l’investissement.  À cet égard, Terrebonne éditait récemment un document adressé aux investisseurs portant sur les différents secteurs commerciaux de la ville.

Avec le commerce en ligne, le secteur du détail est à la croisée des chemins. Le commerce électronique oblige à revoir le modèle d’affaires et l’expérience client. Les pressions à la hausse sur le salaire minimum ajoutent aux préoccupations des détaillants. 

Les politiques locales et nationales auraient-elles intérêt à rattraper ce détail qui nous échappe?

Claude Robichaud, directeur général du CLDEM

Suivez le sur twitter @CRobichaudCLDEM

Tweet Google +
Infolettre

Inscrivez-vous à notre infolettre !