Blogue > Vous avez dit « étalement urbain »?

Blogue

Vous avez dit « étalement urbain »?

01 mai 2013   |   par Claude Robichaud

Il y a des expressions qui ont la vie dure. L’« étalement urbain » est de celles-là. Le développement urbain (puisque c’est plutôt de cela qu’il s’agit), surtout en périphérie d’un grand centre, est perçu négativement par certains observateurs de la scène municipale. Le mot « étalement » n’est pas neutre. Il réfère à une diffusion invasive et anarchique.

À Montréal l’étalement a-t-il commencé au-delà des premières frontières de Ville-Marie? Les premiers Romains ont-ils eu tort de sortir de leur barricade pour fonder la cité impériale? Qui plus est, de pernicieuse en périphérie d’un grand centre, l’expansion est vertueuse dans les communautés dévitalisées; elle devient alors de l’« occupation du territoire ».

Maintenant que le réseau de trains de banlieue est en voie de parachèvement avec le Train de l’Est et que le grand Montréal est régi par un schéma d’aménagement et de développement, lequel détermine le périmètre d’urbanisation, protège la zone verte et réglemente la densité d’occupation, convenons d’un enterrement de première classe à la notion d’« étalement ». Les Moulins joue un rôle, reconnu dans le cadre métropolitain, de pôle d’emplois. Il faut soutenir son élan, surtout au plan de la création d’emplois. Des couronnes plus autonomes en emploi décongestionnent le centre, encouragent l’entrepreneuriat, favorisent le développement durable, rehaussent la qualité de vie des citoyens et contribuent à la vie économique de la métropole. Lorsque la prochaine structure d’acier se dressera au-delà des frontières de Ville-Marie, célébrons le développement au lieu de condamner l’« étalement ».

Tweet Google +
Infolettre

Inscrivez-vous à notre infolettre !