Blogue > Y a-t-il pénurie d’espaces industriels ?

Blogue

Y a-t-il pénurie d’espaces industriels ?

24 septembre 2014   |   par Claude Robichaud

L’adoption du Plan métropolitain d’aménagement et de développement (PMAD) a soulevé un débat polarisant Montréal-centre et les couronnes. Tracées à grands traits, les opinions sont les suivantes. Selon le centre, la métropole dispose de suffisamment d’espaces industriels pour les années à venir, soulevant par ailleurs que le manufacturier est en déclin et que la nouvelle économie nécessite moins d’espace.

En périphérie, surtout du point de vue de la couronne Nord, les espaces industriels ne permettent plus à certaines localités de maintenir leur croissance et, plaide la couronne, le manufacturier n’a pas dit son dernier mot. Le succès industriel de la couronne Nord de Montréal, auquel la MRC Les Moulins participe largement, contribue à maintenir une présence manufacturière forte dans la métropole.

Contrairement à certains points de vue, la périphérie ne s’alimente pas que de l’exode des entreprises autrefois localisées au centre. Ce phénomène joue certes un rôle. Il n’y a pas de mal à ça puisque les couronnes permettent alors aux entreprises de bénéficier de conditions d’implantations et d’opérations plus compétitives. Les couronnes sont par ailleurs alimentées par leur propre dynamisme et elles contribuent à l’attractivité de la métropole.

La Société de développement économique de Thérèse-de-Blainville (Sodet) a sonné l’alarme il y a quelques années par un inventaire concluant au manque d’espace dans le Grand Montréal. La Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), pour sa part, arrivait à des conclusions opposées. Le point de vue de la Sodet a été largement partagé de sorte qu’il était convenu à l’intérieur du PMAD de raffiner l’exercice en prenant compte des contraintes de développement inhérentes à plusieurs sites.

D’un solde en apparence excédentaire, en ne considérant que les superficies brutes, on en arrive rapidement à des superficies nettes déficientes. Un comité métropolitain poursuit l’analyse et proposera un plan d’action en vue de valoriser les espaces industriels.

En marge de ce débat, le plus récent sondage annuel réalisé par le magazine américain Area Development, portant sur la localisation industrielle, révèle que le critère portant sur les terrains disponibles a été celui qui a connu la plus forte hausse au classement en 2013. Dans ce sondage, 80 % des chefs d’entreprises consultés accordent une importance à ce critère. Une analyse, en complément au sondage, cite le cas de Portland (Oregon) où une étude récente conclue à l’importance d’un inventaire appréciable de sites industriels en vue de répondre à la fois aux besoins d’expansion des entreprises existantes et à l’attraction de nouveaux employeurs, notamment par l’offre de grands espaces. Le sondage met aussi l’accent sur l’importance de la rapidité d’exécution des projets avec des terrains prêts à bâtir et des processus accélérés d’émission de permis.

En maintenant le cap sur le développement de nouveaux espaces industriels, la Ville de Terrebonne souscrit à cette vision. Pour sa part, la Ville de Mascouche ajoute elle aussi à la capacité d’accueil de la MRC Les Moulins avec la perspective d’inclure une notion de parc d’affaire dans son pôle multifonctionnel à l’intersection des autoroutes 25 et 640.

Si les facteurs de localisation portant sur la main-d’œuvre et les accès autoroutiers trônent encore à la tête du palmarès, notre expérience nous enseigne qu’une disponibilité d’espaces offrant souplesse et variété est un facteur déterminant lorsque vient le temps de concrétiser un projet d’entreprise. Le sondage d’Area Development nous donne raison.

Claude Robichaud, directeur général du CLDEM Suivez le sur twitter @CRobichaudCLDEM

Tweet Google +
Infolettre

Inscrivez-vous à notre infolettre !